Hucqueliers,

un lieu chargé d'histoire

Le village d'Hucqueliers tirerait son nom d'un dénomé Hugo, propriétaire de terres désignées par le terme germanique -hlaer signifiant "lande, clairière au milieu de la forêt", ou le médiéval -larri désignant un marais ou des friches humides. La carte de Cassini au milieu du XVIIIe siècle montrait la présence voisine de bois étendus, et le sol était rendu marécageux par quantité de sources.
       
        Au Moyen-âge
 
Les premières mentions du village apparaissent dans les archives vers 1069. Mais le lieu ne prend de l'importance qu'à partir de 1200, quand un vassal et parent des comtes de Boulogne, le sire de Tingry, y fait ériger une forteresse, à la frontière du Comté.
Ce fief passe à la famille de Fiennes puis au Luxembourg, et la forteresse devient au XVe sicèle une pièce maîtresse de la défense du Haut-Boulonnais. Dans la proximité de la frontière entre les royaumes de France et d'Espagne, les villages sont ravagés par les troupes de passage qui prélèvent dans les campagnes tout ce qui peut être pillé: nourriture, chevaux, bétail allant jusqu'à enlever des habitants libérés contre forte rançon.
Dans ce contexte de guerres successives, la forteresse est renforcée en 1415, puis encore en 1530. La seigneurie possédait également au-dessus du château un moulin à vent, et en contrebas, sur la place, une halle marchande. A la fin du XVIe siècle, de nombreux artisans s'installent à Hucqueliers, qui profite du déclin d'Erny à Montcavrel pour accueillir de nouveaux marchés et foires.
       La révolte des Lustucru (1662)
Le XVIIe siècle sonne le glas de la forteresse avec la dernière révolte paysanne de l'Ancien Régime: la guerre des Lustucru, surnom donné au seigneur du Clivet (à Preures), chef des révoltés. Les paysans sont assiégés dans la forteresse par les troupes royales et faits prisonniers, envoyés aux galères pour les uns, pendus sur la place publique pour quelques autres. Le village en grande partie incendié est reconstruit à la fin du XVIIe.
       Temps de paix et de prospérité (XVIIIe-XIXe)
La paix s'installe enfin durablement à partir de 1713 (traité d'Utrecht), rendant possible l'essor tant économique que démographique d'Hucqueliers qui va doubler sa population. Au milieu du XIXe siècle, le bourg compte alors 800 habitants et il est devenu un chef-lieu de canton animé de nombreuses boutiques et d'ateliers d'artisans, doté d'une gendarmerie, et d'une justice de paix. L'arrivée du chemin de fer d'intérêt local en 1893 va encore nourrir la relative prospérité d'Hucqueliers. Ce n'est qu'après la Seconde Guerre mondiale que le bourg connaît un déclin de sa population comme nombre de bourgs ruraux.
Aujourd'hui, le bourg d'Hucqueliers continue de jouer son rôle de chef-lieu au sein de la vallée, apportant aux villages environnants tous les services et équipements nécessaires à la vie de ses habitants: collège et école, centre socio-culturel, bibliothèque, office du tourisme, etc.
Texte tiré de "A la découverte du patrimoine d'Hucqueliers" par Sophie Léger et Delphine Maeyaert

VOS DÉMARCHES

CONTACT

Tel : 03.21.90.55.29

HORAIRES

Du lundi au vendredi

de 10h30 à 12h30

Permanence du maire :

le mercredi de 9h00 à 10h00

Permanence des adjoints :

le lundi de  18h30 à 19h00

Commune%20d'Hucqueliers_edited.jpg